Le cerf et le fil de fer.

Le début de brame a été très très éprouvant pour les nefs en cette fin septembre .Nous sommes sur les bons spots et les cerfs se sont regroupés pour notre plus grand plaisir car au vu de la baisse significative du cheptel dans le département on commençait à avoir de sérieux doute.
Pourtant après des heures et des heures d’affût et de billebaude toujours pas une photo de correct dans la boite : la faute aux cerfs qui sortaient très tard sur cette prairie, aux alentours de 20h00 : donc 1600 iso, relevage du miroir et télécommande de rigueur pour des images effrayantes de bruit et avec des couleurs absentes.

Puis un jour, en changeant de spot, je suis tombé sur un cerf beaucoup plus conciliant en sortant en plein milieu de sa place de brame et le tout avec le soleil mais parce qu’il faut bien un mais il y a toujours un élément extérieur qui vient perturber ce moment de bonheur .

J’étais à l’affût depuis peu lorsque j’ai entendu son énorme raire qui montait en face de moi dans ce champ bombé dont on ne voit pas l’autre côté ,puis un deuxième raire aussi puissant ,je le sent qui arrive lorsque je vois devant moi des pointes blanches.    

                                                                                                             


                                                                                                                

 

Petit à petit sa silhouette  se fait de plus en plus grosse et je peux commencer ma séance photo en essayant de maîtriser mes émotions car c’est mon premier cerf de la saison dans d’excellentes conditions.

Deux choses interpellent mon regard : il a dans sa belle ramure du fil de fer qu’il le dérange au vue de ses attitudes et il est intrigué par quelque chose en direction de la route.
Après s’être retourné plusieurs fois pour observer cette chose il décide de regagner le bois pour être plus tranquille.

                                                                            

                                                                                                     

                                                                                                              


                                                                                                           


                                                                                                  
                        

                                                                                                          

 
                                                                                                

 

 

 

 Heureusement j’ai pu profiter de sa présence suffisamment longtemps pour faire une belle série et lorsque je contrôle le résultat sur l’écran du 400D je sent mon portable vibrer dans ma poche, c’est un collègue depuis la route qui rentre du boulot et qui s’est arrêté en voyant la scène : un cinglé a vu le cerf, a descendu le chemin qui longe le champ avec son véhicule puis s’est mis à courir en direction du cerf ,peut-être pour le prendre en photo avec son téléphone portable ???  :twisted:.Je suis sur le cul car je n’ai rien vu de la scène avec ce champ bombé et j’étais loin de me douter de ce qui se passait de l’autre côté : il y a vraiment des comportements à dénoncer et jamais de gardes pour les réprimer .

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.